GFG
GROUPE FRANCAIS DE GÉOMORPHOLOGIE

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > REVUE GRPE > Présentation de la revue

Présentation de la revue

publié le , mis à jour le

La revue trimestrielle Géomorphologie : relief, processus, environnement accueille des contributions portant sur la géomorphologie dans l’acception la plus large : formes du relief à toutes les échelles, modelés, processus de toutes natures.

Elle publie des articles qui étudient les relations entre la géomorphologie et les disciplines voisines : géographie physique, géographie humaine, archéologie, écologie, sciences de la Terre et des planètes ainsi que celles qui s’intéressent à l’environnement naturel. Les études expérimentales, la modélisation, les exposés méthodologiques reçoivent le même accueil que les analyses naturalistes à partir des observations de terrain. Les mises au point thématiques sont les bienvenues, à condition d’être annoncées comme telles, tout comme les comptes rendus d’ouvrages ou les réunions scientifiques et les « tribunes libres ».

La revue est indexée dans Cybergeo, Geo-Ref, Pascal-Francis, Science Citation Index Expanded et Journal Citation Reports (Science Edition). Il est doté depuis 2010 d’un facteur d’impact (IF 2014/2015 : 0,660).

Champ d’investigation

La vocation de la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement est de recueillir les acquis scientifiques dans l’ensemble du domaine défini dans son titre. La géomorphologie est la discipline qui a pour objet la description et l’explication des formes du relief et du modelé à toutes les échelles, des microformes aux mégaformes ainsi que l’étude des processus de toutes natures qui les façonnent tout comme les mécanismes qui les engendrent. Elle tente également de répondre aux questions actuelles relatives à l’environnement comme les causes et l’impact des risques naturels, la prise en compte des contraintes naturelles dans l’aménagement du territoire ou les conséquences des changements d’origine naturelle ou anthropique sur les milieux.

La revue accueille des contributions portant sur tous les aspects de la géomorphologie, dans son acception la plus large (géomorphologie structurale, zonale, ou climatique, géomorphologie dynamique ; étude des formes de relief et de modelé actuelles ou héritées). Elle publie des articles qui analysent les rapports entre la géomorphologie et les disciplines voisines : géographie physique, géographie humaine, archéologie, sciences de la Terre et des planètes, sciences de l’environnement. Elle fait paraître des mises au point thématiques, des comptes rendus d’ouvrages ou de réunions scientifiques et des tribunes « libres ».

Objectifs et lectorat

La revue Géomorphologie : relief, processus, environnement a pour objectif la communication des progrès scientifiques, la diffusion des nouvelles voies de la recherche, la présentation de travaux tels que ceux qui conduisent à la quantification et à la modélisation, sans pour autant négliger les approches plus classiques, notamment les études de terrain. Elle est ouverte à toutes les contributions, dans un champ scientifique en constante évolution et en extension.

Cette revue est destinée à donner aux lecteurs l’information la plus complète et la plus récente possible. Elle s’adresse en priorité aux chercheurs et aux praticiens qui œuvrent dans le domaine de la géomorphologie et de la géographie et à ceux qui enseignent ces disciplines, du lycée à l’université. Elle intéresse aussi tous ceux qui étudient l’épiderme de la Terre et ses relations avec les autres composantes des milieux. Elle a sa place dans les bibliothèques universitaires et les laboratoires de recherche.

La revue s’attache à promouvoir l’usage de la langue française (les Comités de lecture et de rédaction veillent aussi à la qualité de l’expression) et à diffuser les travaux de la communauté francophone au sein d’une communauté internationale qui est largement anglophone.

La revue est une publication francophone, mais elle accueille également des textes en anglais. Les articles en français sont nécessairement accompagnés d’un résumé et d’une version abrégée en anglais destinée à donner aux lecteurs non francophones l’essentiel du contenu des articles ; les articles en anglais comportent un résumé et une version abrégée en français. La revue est donc largement bilingue.

Comité de direction

Le comité de direction décide de l’orientation scientifique de la revue. Il doit veiller à ce que puissent s’exprimer tous les points de vue et toutes les branches composant le champ scientifique de la discipline. Il définit la politique éditoriale, en liaison avec le comité de rédaction. Il doit se montrer ouvert à toutes les offres d’articles, de mises au point ou de synthèses : toute contribution est la bienvenue dès lors qu’elle est de qualité et qu’elle apporte des résultats qui font progresser les connaissances.

Il se compose :
- d’une directrice de la publication : Emmanuèle Gautier-Costard, Présidente du GFG, Professeur, université Paris 1-Panthéon Sorbonne ;
- de quatre directeurs scientifiques : Marie-Françoise André, Professeur, université Clermont-Ferrand 2 ; Stéphane Costa, Professeur, université de Caen ; Brigitte Kaiser, Professeur émérite, université Paris 1 ; Serge Suanez, Professeur, université de Bretagne Occidentale.

Comité de rédaction

Le comité de rédaction assure le fonctionnement de la revue en prévoyant la composition des numéros en étroite relation avec l’éditeur. Il désigne un rapporteur pour chaque article. Il recueille et introduit les comptes-rendus d’ouvrages, de colloques, d’excursions sur le terrain, ainsi que les informations communiquées par l’Association internationale des Géomorphologues.

Il comprend :
- le rédacteur en chef : Pierre-Gil Salvador, Professeur, université Lille 1 ;
- quatre rédacteurs adjoints : Edward Anthony, Professeur, université Aix-Marseille 1 ; Yvonne Battiau-Queney, Professeur émérite, université Lille 1 ; Arnaud Héquette, Professeur, université de Dunkerque ; Denis Mercier, Professeur, université de Nantes.

Comité de lecture

Le comité de lecture se compose de membres français et étrangers, ces derniers lisant et pratiquant la langue française. Il veille à la qualité de la production scientifique. Ses membres sont choisis par le conseil d’administration du Groupe français de Géomorphologie en raison de leur domaine de compétence. Les membres étrangers sont les garants de l’ouverture internationale de la revue. Le rapporteur, membre du comité de lecture, désigne deux examinateurs (hors du comité) chargés d’évaluer les articles. Il réalise la synthèse des avis recueillis et y ajoute le sien ; en cas de divergence, il peut désigner un troisième examinateur. Puis il transmet sa proposition au comité de rédaction.

Membres français

F. Bétard, Maître de conférences (univ. Paris 7) ; J.-C. Bousquet, Maître de conférences honoraire (USTL, Montpellier) ; M. Calvet, Professeur (univ. Perpignan) ; J.-M. Carozza, Maître de conférences HDR (univ. Strasbourg)  ; E. Cossart, Maître de conférences (univ. Paris 1) ; G. De Noni, Directeur de recherche IRD (Montpellier) ; J.-J. Dufaure, Professeur émérite (univ. Paris 4) ; S. Etienne, Professeur (EPHE Dinard) ; E. Gautier, Professeur (univ. Paris 1)  ; M. Ghilardi, Chargé de recherche CNRS (Aix-en-Provence) ; C. Giusti, Professeur (univ. Paris 4) ; F. Gob, Maître de conférences (univ. Paris 1)  ; G. Hérail, Directeur de recherche IRD (Chili) ; S. Jaillet, Ingénieur de recherche CNRS (Le-Bourget-du-Lac) ; F. Lavigne, Professeur (univ. Paris 1) ; B. Lemartinel, Professeur (univ. Perpignan) ; L. Lespez, Professeur (univ. Paris Est Créteil) ; M. Meunier, Directeur de recherche CEMAGREF (Saint-Martin-d’Hères) ; R. Paris, Chargé de recherche CNRS (Clermont-Ferrand) ; J.-P. Peulvast, Professeur émérite (univ. Paris 4) ; H. Piégay, Directeur de recherche CNRS (Lyon)  ; F. Sabatier, Maître de conférences (univ. Aix-Marseille 1) ; Y.-F. Thomas, Directeur de recherche CNRS (Meudon) A. Weisrock, Professeur émérite (univ. Nancy 2).

Membres étrangers

H. Brückner, Professor (univ. Cologne, Germany) ; M. De Dapper, Professeur (univ. Gand, Belgique) ; J.-C. Dionne, Professeur (univ. Laval, Québec, Canada) ; A. Fontana, Researcher (univ. Padua, Italy) ; D. Ford, Honorary Professor (univ. McMaster, Canada) ; A.S. Goudie, Professor (univ. Oxford, UK) ; B. Hétu, Professeur (univ. du Québec à Rimouski, Canada) ; J. Hooke, Professor (univ. Liverpool, UK) ; G. Houbrechts, Maître de conférences (univ. Liège, Belgique) ; D. Karatson, Senior Lecturer (univ. Budapest, Hungria) ; R. Mäusbacher, Professor (univ. Iena, Germany) ; K. Nemeth, Senior Research Officer (univ. Massey, New Zealand) ; D. Palacios, Professor (univ. Madrid, Spain) ; F. Petit, Professeur (univ. Liège, Belgique) ; A. Pissart, Professeur (univ. Liège, Belgique) ; Y. Quinif, Professeur (univ. Catholique de Louvain, Belgique) ; E. Reynard, Professeur (univ. Lausanne, Suisse) ; J. Schroeder, Professeur (univ. du Québec à Montréal, Canada) ; D.J. Stanley, Emeritus Professor (Smithsonian Institution, Washington, USA) ; E. Verrecchia, Professeur (univ. Lausanne, Suisse) ; A. Vött, Professor (univ. Mainz, Germany) ; M. Williams, Professor (univ. Adélaide, Australia).