Accueil > Actualités & événements

Vendredi 30 septembre 2016, 14h | Soutenance de thèse, par Camille Doublet

Fonctionnement d’un système hydrothermal hyperminéralisé en contexte alpin : Salins-les-Thermes, Savoie (France) — Caractérisation hydrogéologique, hydrogéochimique et hydrodynamique en vue de la gestion de la ressource

Amphithéâtre du Pôle montagne, Université Savoie Mont Blanc, le Bourget du lac

JPEG

Résumé

Les eaux des sources artésiennes de Salins-les-Thermes (vallée de la Tarentaise, Savoie) sont thermales (39°C) et hyperminéralisées (19,4g/l) contenant du NaCl (14,6g/l) et du CaSO4 (3,6g/l), ainsi que de nombreux éléments mineurs et traces (Sr, Si, Br, Fe, Li, As, Rb, Mn, U...) et du CO2 (230mg/l). Cette étude a pour objectifs d’améliorer les connaissances sur le fonctionnement global du système hydrothermal en contexte alpin et plus précisément de la zone d’émergence située en fond de vallée. Une approche interdisciplinaire associant la géologie, l’hydrodynamique et l’hydrogéochimie a été menée.

À partir de données bibliographiques et des reconnaissances de terrain, l’étude géologique a permis de caractériser les potentiels hydrogéologiques des formations du secteur et d’identifier la structure drainante pour l’ascension des eaux souterraines. Celle-ci se fait le long de la bordure SE du contact chevauchant divisant l’extrémité sud de l’unité de Moûtiers et recoupant la vallée de Salins au niveau des sources.

L’étude hydrodynamique repose sur une analyse des variations, à long terme et lors de perturbations provoquées, des paramètres hydrodynamiques (débit et niveau d’eau) et physico-chimiques (température et conductivité) des eaux de l’ensemble des sources du site et des réservoirs de surface. Le fonctionnement hydrodynamique de la zone d’émergence consiste en un équilibre de pression entre la remontée thermominérale et les réservoirs de surface (système alluvial et réservoir de versant). Cet équilibre est sensible au système d’exploitation et contrôle la répartition des flux aux différentes émergences.

Une étude des interactions eaux-roches et eaux-gaz a été menée à partir d’analyses sur les éléments majeurs, mineurs et traces des eaux et des précipités de boues, ainsi que des analyses isotopiques sur les eaux (δ18O, δ2H et δ13CCMTD), pour l’ensemble des eaux thermominérales et froides présentes sur le site. La minéralisation des eaux souterraines est acquise au sein des calcaires dolomitiques et des quartzites de l’unité de Moûtiers, en bordure des évaporites (anhydrite, gypse et halite) qui jalonnent le contact chevauchant. Le circuit souterrain atteindrait une profondeur de 2km environ, ce qui permettrait aux eaux d’acquérir une température de 60°C et de drainer du CO2 magmatique issu du socle. La faible minéralisation des eaux du système alluvial et du versant n’a pas permis de les distinguer dans les phénomènes de mélange avec les eaux thermominérales.

Cette thèse apporte de nouvelles hypothèses sur la zone d’alimentation et des connaissances complémentaires sur le fonctionnement du système. Les apports sur la zone d’émergence ont permis d’évaluer la sensibilité de la ressource thermominérale et de proposer des préconisations pour la mise en place d’un forage profond aux acteurs de l’activité thermale (propriétaire et exploitant) menant un projet de développement pour une gestion durable de l’exploitation de cette ressource thermominérale.

Rechercher


Actualités & événements