Accueil > Actualités & événements

19 juin 2012 - Soutenance de thèse de Bruno WILHELM
Reconstitution sédimentologique des extrêmes hydrologiques au cours du dernier millénaire dans les Alpes françaises
Relation avec les changements climatiques

Soutenance de thèse de Bruno WILHELM de doctorat de Sciences de la Terre, de l’Univers et de l’Environnement.

Mardi 19 juin 2012 à 14h00
Amphitéâtre du bâtiment « Pôle Montagne »
Campus scientifque - Savoie Technolac
73376 Le Bourget du Lac

- Voir l’invitation et le plan d’accès (PDF - 781 ko)

Composition du jury

Michel MAGNY Chrono-environnement, Besançon Rapporteur
Thierry MULDER EPOC, Bordeaux Rapporteur
Flavio ANSELMETTI EAWAG, Zürich Examinateur
Valérie MASSON-DELMOTTE LSCE, Gig-sur-Yvette Examinateur
Hervé PIEGAY EVS, Lyon Examinateur
Julien BOE CERFACS, Toulouse Examinateur
Fabien ARNAUD EDYTEM, Le Bourget-du-Lac Co-directeur de thèse
Jean-Jacques DELANNOY EDYTEM, Le Bourget-du-Lac Directeur de thèse

Résumé

L’objectif de ce travail de recherche doctorale est de reconstituer l’évolution de la fréquence et de l’intensité des crues passées, à partir de l’étude de séquences sédimentaires de lacs d’altitude des Alpes Françaises. Les séquences sédimentaires des Lac Blanc (massif de Belledonne), Lac Blanc (massif des Aiguilles Rouges) et Lac d’Allos (Haut-Verdon, massif du Mercantour) ont été étudiées dans cet objectif pour explorer les réponses régionales de l’activité torrentielle aux changements climatiques passés. Afn d’être en mesure d’évaluer le rôle de la température sur l’activité torrentielle, notre étude se focalise sur le dernier millénaire qui a connu des périodes climatiques contrastées ; période chaude de l’Optimum Médiéval, période froide du Petit Age Glaciaire et réchaufement global actuel.

Ce travail repose sur des analyses sédimentologiques et géochimiques à haute résolution qui ont permis d’identifer les dépôts de crue, de les distinguer de dépôts similaires issus de remaniements gravitaires et de déterminer un marqueur fable de l’intensité des événements. D’autre part plusieurs méthodes de datation ont été combinées dans l’objectif de diminuer les incertitudes des modèles d’âge. Trois chroniques de crues couvrant 270 à 1500 ans ont ainsi été constituées et ont permis de proposer des modèles régionaux d’évolution de l’activité torrentielle. Cette régionalisation des impacts des changements climatiques passés semble principalement liée aux diférences régionales des processus hydro-météorologiques à l’origine des événements de précipitations intenses. Par analogie avec la période chaude médiévale, une diminution généralisée de la fréquence des événements peut être attendue sur l’ensemble des Alpes françaises dans les décennies à venir. Cette diminution de la fréquence devrait cependant s’accompagner d’une augmentation marquée de l’intensité des événements dans les Alpes du nord.

Mots-clés

Crues torrentielles, précipitations extrêmes, changements climatiques, sédiment lacustre, dernier millénaire, haute altitude, Alpes françaises

Rechercher


Actualités & événements