Accueil > Actualités & événements

25 mars 2015, 14h | Séminaire EDYTEM

Comprendre et prévenir les désastres : apports et limites des témoignages du passé à Mexico

Bât. Pôle Montagne (amphi), campus du Bourget du lac, Université Savoie Mont Blanc

Intervention de : Virginia Garcia-Acosta, professeure au CIESAS

L’étude des catastrophes « naturelles » au niveau mondial s’est focalisée dans ses débuts sur celle des menaces (aléas) et, par la suite, sur l’observation de la manière dont réagissent les groupes affectés. L’accent était alors surtout mis sur l´événement résultant et, aussi, sur les situations d’urgence. Plus tard, vers les dernières décennies du XXe siècle, les recherches se sont concentrées sur les effets du sous-développement, et sur les situations de pauvreté comme génératrices de vulnérabilités et, par conséquent, créatrices de risques de catastrophes.

Comment expliquer une telle évolution conceptuelle ? Qu’est-il arrivé dans le cas de l’Amérique latine en général et du Mexique en particulier, permettant de l’expliquer ?

L’approche socio-historique des catastrophes a montré qu’elles sont des processus socialement construits, et que les informations historiques sur les événements catastrophiques sont devenues de plus en plus courantes. Ces événements ne sont pourtant pas nouveaux : des témoignages en ont été conservés depuis les périodes précolombiennes. L’augmentation observée des fréquences de catastrophes pose des problèmes d’interprétation : comment peut-on utiliser les témoignages du passé, en Amérique latine et spécialement au Mexique et à Mexico ?

La lecture critique de l’information historique permet de défendre que l’augmentation des fréquences de catastrophes ne s’expliquerait pas parce qu’il y aurait plus de menaces (aléas), mais parce que les communautés et les sociétés sont devenues plus vulnérables, et tendent à plus déclarer les dommages.

Plusieurs concepts utiles pour l’analyse ont émergé de cette lecture critique de l’information historique sur les catastrophes au Mexique. Outre celui de construction sociale des risques, au cours des dernières années est apparu le concept de construction sociale de la prévention.

Nous allons explorer cette lecture critique de l’information historique sur les catastrophes liées aux séismes comme aux catastrophes dites agricoles, et les concepts associés, à partir de l’expérience mexicaine, tout particulièrement en ce qui concerne sa capitale, Mexico.

Rechercher


Actualités & événements