Accueil > Actualités & événements

Mercredi 23 avril 2014 à 20h45 | Émission télévisée sur France 3

« Des Racines et Des Ailes : Patrimoines d’exception »

EDYTEM présent sur la grotte du Pont d’Arc, dite « grotte Chauvet », en Ardèche

La grotte aux merveilles

-  http://www.france3.fr/emissions/des-racines-et-des-ailes/la-grotte-aux-merveilles_231831

Mars 2014 : une équipe « Des racines et des ailes » est autorisée à pénétrer dans la grotte du Pont d’Arc, dite « grotte Chauvet », en Ardèche. Un tournage rare, dans une grotte fermée au public ! Les fresques préhistoriques y sont exceptionnelles, et préservées avec un soin scrupuleux. De plus, pour la première fois, un homme du paléolithique est restitué, en image de synthèse, dans le décor réel de la grotte.

Cette grotte a été découverte en décembre 1994, à Vallon Pont d’Arc, par trois spéléologues, Jean Marie Chauvet, Christian Hillaire et Eliette Brunel, lors d’une expédition privée. Il s’agit d’une des plus anciennes grottes ornées du monde, datée de - 36 000 ans. A ce titre, elle est aujourd’hui candidate à l’inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Depuis 20 ans, quelques scientifiques travaillent dans la cavité, afin de mieux connaître les joyaux qu’elle renferme. Ils partagent avec nous leur passion et leur émerveillement.

Jean-Michel Geneste dirige l’équipe scientifique. Nous nous enfonçons dans la grotte avec lui, pour découvrir peu à peu les dessins : plus de 400 figures animales, tracées à l’ocre rouge, ou gravées avec le doigt, ou bien encore dessinées au fusain. La diversité des techniques picturales, et la qualité incroyable des fresques, fascinent les scientifiques. Ils considèrent aujourd’hui que ces dessins d’animaux sauvages permettaient aux hommes de communiquer sur les parois, de transmettre des histoires mythiques.

Jean-Jacques Delannoy, géomorphologue, étudie la vie des hommes préhistoriques dans la grotte - en observant les concrétions, les parois, et les sols, couverts de traces. A quoi ressemblait la grotte à leur époque, il y a 36 000 ans ? A quelles activités se livraient les hommes du paléolithique ? Peintures, traces de feux, objets, bassin… Ces vestiges surprenants, parfois uniques, conservent bien des secrets, et se révèlent émouvants.

Gilles Tosello, préhistorien et artiste, travaille dans la grotte, depuis 15 ans. Il est chargé d’une mission nouvelle et délicate : reproduire deux œuvres monumentales, la fresque des lions et la fresque des chevaux. Ces copies seront intégrées dans la Caverne du Pont d’Arc (le fac simile de la grotte) construite à Vallon Pont d’Arc. Nous découvrons ce chantier sans équivalent. La caverne sera ouverte au printemps 2015. En reproduisant les panneaux ornés, Gilles Tosello, lui, retrouve le geste des artistes des origines.

Équipe : Hélène Frandon, Jean-Christophe Hainaud, Christian Chauvin, Rémy Bozonnet, Pascal Montagna.

La Caverne du Pont d’Arc : la technologie moderne au service de l’art pariétal

- http://www.france3.fr/emissions/des-racines-et-des-ailes/bonus-la-caverne-du-pont-d-arc-la-technologie-moderne-au-service-de-l-art

L’espace de restitution, « la Caverne du Pont d’Arc », a pour vocation de faire découvrir au grand public le patrimoine paléolithique, et tout particulièrement celui de la grotte ornée de Vallon Pont d’Arc, dite grotte Chauvet. Plus de 50 millions d’euros ont été investis dans la réalisation de cet ambitieux projet. 3500 m2 ! Les dimensions de l’ouvrage sont impressionnantes, mais l’architecture a été conçue de façon à se fondre dans le paysage. Plutôt qu’un imposant bâtiment unique, ce sont en effet cinq structures qui s’intègreront dans la topographie du site, à quelques kilomètres de la grotte réelle.

La création de la Caverne mobilise de nombreuses compétences : architectes, scientifiques, mais également scénographes, peintres, sculpteurs, artistes… Les fameuses peintures pariétales sont d’ailleurs réalisées en combinant les talents : relevés numériques tridimensionnels, utilisation de pigments et liants naturels, et application sur le béton ou la résine. Observez comment la science et l’art s’associent pour s’approcher au plus près de l’émotion et de la spontanéité de nos lointains aïeux… Aussi proche que possible de la caverne originale, le fac-similé reproduira durant la visite à la fois le relief, les aménagements et les peintures, mais également l’ambiance si caractéristique de la grotte : fraicheur, humidité, odeur minérale, pénombre, silence… de quoi faire voyager les visiteurs 36000 ans en arrière à la rencontre du premier homo sapiens !

L’espace de restitution sera ouvert au public au printemps 2015. Ferez-vous partie des 300 à 400 000 curieux attendus ?

Voir aussi :

- Source : http://www.france3.fr/emissions/des-racines-et-des-ailes/diffusions/23-04-2014_2307217

Rechercher


Actualités & événements