Accueil > Actualités & événements

16 juin 2015, 14h | Soutenance de thèse, par Florence Magnin

Distribution et caractérisation du permafrost des parois du massif du Mont Blanc. Une approche combinant monitoring, modélisation et géophysique.

Amphithéâtre 1 de l’IUT, Université Savoie Mont Blanc, campus scientifique Savoie Technolac, Le Bourget du Lac

Mots clés : permafrost, parois rocheuses, massif du Mont Blanc, monitoring, modélisation, géophysique

Résumé :

Le permafrost (état de gel permanent) est certainement un facteur de déclenchement des écroulements rocheux en haute montagne mais sa distribution dans les parois alpines est encore très mal connue. Cette méconnaissance résulte du faible nombre de données de température acquis jusqu’à maintenant en raison de la difficulté d’accès au terrain et de la jeunesse du champ de recherche qui a débuté dans les années 2000 seulement.

Le but de cette thèse était d’estimer la distribution du permafrost dans les parois du massif du Mont Blanc. Trois méthodes ont été mises en application pour aborder cette question : la mesure continue de la température en surface et jusqu’à 10 m de profondeur des parois de l’Aiguille du Midi (3842 m), la modélisation statistique de sa distribution sur la partie française du massif, et la tomographie de résistivité électrique sur six sites du massif. Cette dernière mesure a fourni les premières images bidimensionnelles de la distribution verticale du permafrost dans les parois rocheuses. Elles confirment les résultats des premières études tout en apportant un nouveau regard sur la distribution du permafrost de paroi. Ces mesures s’avèrent particulièrement pertinentes pour évaluer des modèles de distribution du permafrost dans les parois. Les résultats permettent d’analyser la distribution des écroulements et de confirmer leur lien avec la dégradation du permafrost.

Rechercher


Actualités & événements