Accueil > Actualités & événements

Mission scientifique de terrain « Nautilus Death Cave 2014 », à Lifou, Nouvelle Calédonie, du 10 au 29 juillet 2014

Les nautiles ont parlé

Deux plongeurs scientifiques découvrent une nouvelle coquille, à plus de 35 mètres de profondeur. Les datations réalisées aux Etats-Unis sur les nautiles de Lifou, découverts en 2009 au fond d’une grotte noyée, ont donné un âge moyen de 6 800 ans. Ces révélations intéressent la communauté scientifique internationale. Une expédition vient de s’achever.

- À lire l’article complet en ligne ou au format PDF
- À voir la bande annonce du reportage de la mission

RETOUR DE MISSION

Namaka - Nautilus Death Cave Project 2014

Dans la suite du projet NAMAKA (NAutilus MAcromphalus dans le KArst) commencé en 2011, une mission scientifique de terrain « Nautilus Death Cave 2014 » a eu lieu à Lifou, du 10 au 29 juillet 2014. Ce dernier projet, porté par l’Université de la Nouvelle Calédonie et soutenu par le Ministère des Outre Mer, rassemble des scientifiques calédoniens de l’Université de la Nouvelle Calédonie et de l’IRD de Nouméa, mais aussi de France, des USA et d’Australie. Cette équipe internationale étudie un gisement exceptionnel de coquilles de nautiles endémiques de Nouvelle Calédonie, en cours de fossilisation au fond d’un trou d’eau de l’ile de Lifou. Certains des premiers spécimens ont été datés à plus de 7000 ans, ce qui en fait les plus anciens connus à ce jours. Durant cette mission, près d’une vingtaine de plongées scientifiques en profondeur et de nombreuses observations souterraines de plusieurs grottes de l’ile ont permis de collecter de grandes quantités de données qui permettront de mieux comprendre l’origine des grottes et des trous d’eau des iles Loyautés, leur fréquentation par les nautiles, mais également de mieux connaitre la lentille d’eau douce et ses relations avec la mer. L’étude de stalagmites permettra également de remonter aux climats anciens au cours des différentes périodes de baisses et remontées du niveau marin pendant les cycles des grandes glaciations de l’ère quaternaire ; elle pourrait également préciser les fréquentations de ces grottes par les premiers kanaks, à la recherche d’eau douce.
Nous remercions notamment les habitants et coutumiers de Kumo et Xepenehe pour leur aide. Cette mission de terrain a reçu le soutien du Betico2.

Vincent Lignier (vincent.lignier univ-nc.nc)

Rechercher


Actualités & événements