Accueil > Production scientifique > Édition scientifique > Collection EDYTEM

Comités / Consignes au comité de rédaction / Consignes aux auteurs

Comités

Trois comités sont mis en place qui devront, pour chaque numéro, être renseignés en début d’ouvrage :

  • un comité éditorial : il est permanent et assure la bonne continuité de la revue par rapport à ses objectifs et aux normes formelles. C’est lui qui établit la programmation de la publication, et ses éventuelles modifications. Il valide chaque numéro avec sa mise en forme finale et son impression. En sont membres : le directeur et le directeur-adjoint du Laboratoire ; les responsables de groupes. Il est présidé par un directeur qui impulse et suit la politique éditoriale du Laboratoire.
  • un comité de rédaction  : il s’organise autour de chaque projet de numéro et constitue en fait l’équipe dirigeant le projet et chargée de veiller au bon montage financier et à la bonne coordination scientifique et technique. Il est notamment chargé de veiller au suivi des consignes données aux auteurs de sorte à livrer un ouvrage au plus près de sa version « prête à imprimer ». Il est composé au minimum de deux membres (dont un appartenant au laboratoire EDYTEM), qui sont appelés à rendre des comptes au comité éditorial.
  • un comité de lecture  : lui aussi propre à chaque numéro, il est choisi par le comité de rédaction en fonction des sujets traités. Il est souhaitable de s’adjoindre les compétences de chercheurs extérieurs au laboratoire pour une plus grande reconnaissance des résultats scientifiques. En fonction des thèmes abordés, des membres du comité éditorial et d’autres membres du laboratoire peuvent être également sollicités pour procéder à une double lecture.

Consignes aux auteurs

- Consignes aux auteurs : modèle à télécharger

Le texte, au format word, sans mise en page particulière, sans encadrés, et avec un nombre de caractères maximum, espaces compris, à fixer en fonction du projet éditorial de chaque numéro, doit comporter, dans l’ordre :

  • le titre en français ;
  • le titre en anglais ;
  • le prénom usuel (en toutes lettres) et le nom des auteurs ;
  • l’adresse des organismes auxquels ils appartiennent ;
  • l’adresse électronique du premier auteur ;
  • le résumé en français (1 800 caractères, espaces compris) ;
  • les mots clés en français ;
  • le résumé en anglais et/ou dans une autre langue en fonction du numéro (1 800 caractères) ;
  • les mots clés en anglais et/ou dans une autre langue ;
  • le corps du texte, avec 3 niveaux de chapitres hiérarchisés maximum (I -, 1 -, a -) ;
  • les remerciements éventuels ;
  • la liste des références.

Dans le corps du texte, les références bibliographiques sont placées selon le modèle suivant : (Sceau et Chateau, 2000 ; Fresque, 2002, 1999 ; Meyzieux et al., 2005). Les illustrations sont appelées, à l’emplacement souhaité, avec une numérotation (figure 1, tableau 1).

Les photographies (en niveaux de gris ou en couleurs selon le projet éditorial) sont au format jpeg ou tiff de qualité suffisante (au moins 600 dpi/ppp). Les titres sont donnés dans une liste placée dans le fichier du corps du texte.

Les cartes et les figures (en niveaux de gris ou en couleurs selon le projet éditorial) sont au format Illustrator de préférence. Les légendes sont intégrées aux figures, les titres sont donnés dans une liste placée dans le fichier du corps du texte.

Abréviations, unités et nombre :

  • toute appellation doit être désignée en toutes lettres la première fois qu’elle est utilisée, le sigle étant placé entre parenthèse ;
  • les données numériques décimales doivent comporter des virgules ; les milliers sont signalés par un espace à partir de 10 000, sauf pour les années (2008) ;
  • les unités sont écrites en mode français (m/s et non pas m.s-1) ;
  • les siècles sont en chiffres arabes (20e siècle) ;
  • les points cardinaux s’écrivent avec une minuscule, sauf lorsqu’ils désignent une région ou qu’ils sont considérés comme nom propre ; les abréviations N, S, E, W peuvent être utilisés quand il y a indication de direction (ESE)

Les notes de bas de page sont à éviter.

Les références bibliographiques, composée en pleine ligne, comprennent 2 ou 3 zones (auteur et date. Titre., publication, compléments), séparées par un point :

Sceau J.M., Chateau B., 2000. Les Alpes en question. PUS, 176 p. Fresque C., 2002. Les montagnes partagées. Revue des Sciences, 1, 83-94. Meyzieux J.-P., Sceau J.M., Chateau B., 2005. La neige artificielle à Superski : pour quoi faire ? In Fresque C.,Montagnes et canons : histoires et identités, Megève, 27-28 octobre, PUS, 142-160.